ALDEIAS HISTÓRICAS DE PORTUGAL

Beaucoup d'entre nous ne connaissent du Portugal que les destinations touristiques de l'Algarve, baignée de soleil, ou les villes de Lisbonne et Porto. Mais pour découvrir le vrai Portugal, il faut aller à l'intérieur des terres. Les Aldeias historicas de Portugal se trouvent dans la région frontalière du centre du Portugal avec l'Espagne, la Beira Baixa. Telles des perles sur une chaîne, les 12 villages historiques de cette région sont reliés par une piste cyclable de 565 km.

Le GR22 est essentiellement un sentier de randonnée. Mais il est désormais possible de l’emprunter, bien que sur un itinéraire modifié, aussi bien en VTT ou en gravel qu’en vélo de randonnée. Outre la carte générale de l’itinéraire, chaque village dispose d’un dépliant d’information en anglais avec une carte. Presque tous les villages valent la peine d’être visités. Toutefois, il faut tenir compte du fait qu’il y a ici et là des montées et des descentes abruptes.

Villages fortifiés

Après notre arrivée à l’aéroport de Madrid, très fréquenté, en provenance de Bruxelles, il nous reste environ 3,5 heures de route à parcourir avant d’arriver à notre point de départ. Comme presque tous les villages de la région, Castelo Rodrigo, fortifié et magnifiquement restauré, est situé au sommet d’une colline (820 m). C’est ainsi que l’on pouvait autrefois résister aux attaques dans cette région frontalière avec l’Espagne. Lorsque, après une montée raide, vous entrez dans le village par l’une des portes des murs de la ville datant de 1296, vous remontez immédiatement des siècles en arrière. Le château, construit en pierre, date du 14e siècle. Au milieu du village se trouve un vieux pilori. Heureusement, nous n’y sommes plus cloués. Une ancienne synagogue a été transformée en réservoir d’eau. En 2017, la troisième étape de la Volta a Portugal a démarré ici. Cette étape a d’ailleurs été remportée par Bryan Alaphilippe, le frère cadet du plus connu Julian.

© Aldeias Históricas de Portugal
© Aldeias Históricas de Portugal

Bikotel

Depuis le sommet, nous apercevons notre demeure, l’Hospedria do Convento de Santa Maria de Aguiar, en contrebas. Ce complexe historique du XIe siècle situé au milieu des vignes était autrefois habité par des moines cisterciens. L’auberge est aujourd’hui un Bikotel, une chaîne d’hôtels adaptés aux cyclistes au Portugal. Le bâtiment joliment décoré servait autrefois de halte pour les pèlerins. Mais nous venons en tant que pèlerins modernes à vélo. Les vignobles environnants faisaient autrefois partie du monastère. Selon les connaisseurs, les vins font partie des meilleurs du pays. Et comme il n’y a pas beaucoup de monde, nous obtenons immédiatement un surclassement de notre chambre.

Cyclisme et bénédiction

Le lendemain, nous traversons à vélo la Sierra da Marofa. Au sommet d’une colline boisée (971 m), le Christ veille sur nous. Nous profitons de la belle nature qui nous entoure. Après 55 km et une montée finale difficile, nous arrivons à Marialva. Les Romains et les Arabes sont passés par là. Les Romains et les Arabes y sont passés, ainsi que les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Le petit village est dominé par les vestiges d’un grand château. L’office de tourisme moderne contraste fortement avec les bâtiments anciens. Nous nous demandons si ce mariage est réussi. Nous explorons le village à travers des rues pavées et passons devant de vieilles maisons construites en pierre naturelle. Ici aussi, le temps s’est arrêté. Près d’une vieille dame qui tient encore boutique, nous buvons une tasse de thé dans le jardin et profitons de la belle vue.

"Telles des perles sur une chaîne, les 12 villages historiques de cette région sont reliés par une piste cyclable de 565 km"

© Rens Klaasse
© Rens Klaasse

Mariage royal

Quelque 22 km plus loin se trouve la première grande ville de la route, Trancoso. Située sur un plateau (870 m) et comptant quelque 3 500 habitants, la ville est entièrement fortifiée et possède 15 tours. Juste à l’extérieur des murs de la ville se trouvent des tombes creusées dans la roche. En passant par les impressionnantes Portas d’El Rei, qui rendent hommage à un mariage royal célébré ici en 1282, nous nous enfonçons dans les rues étroites du centre historique. L’imposant château qui domine la ville se trouve à l’extrémité. Malheureusement, nous ne sommes pas le bon jour pour le visiter, car il est fermé. Nous nous promenons donc plus loin le long des remparts et des trois autres portes de la ville. Ici aussi, on retrouve les magnifiques panneaux de tuiles si typiques du Portugal. À la tombée de la nuit, les lumières créent une atmosphère enchanteresse, comme dans beaucoup d’autres villages. Puis nous dégustons le plat typique portugais Bacalhau à Brás (morue avec des pommes de terre et des œufs).

Parc naturel

Sur le chemin de Linhares da Beira, nous pénétrons à vélo dans le Parque Natural da Serra da Estrala, la plus grande étendue de nature protégée du Portugal. C’est également là que se trouve le plus haut sommet de la partie continentale du pays, la Torre (1993 m). Elle est également enneigée en hiver, et il est donc possible d’y faire du ski. Le paysage est dominé par les pierres, les rochers et les falaises. À l’orée du petit village se trouvent les vestiges de l’ancienne voie romaine entre Mérida et Braga. Hormis quelques maisons de campagne ici et là, le village se compose de simples maisons de granit. Mais partout on voit des éléments d’un passé noble et lointain. Au centre se trouve un beau manoir blanc du XIXe siècle, aujourd’hui transformé en hôtel. Au-dessus du village, sur un rocher de 820 m de haut, se dresse un château avec deux tours géantes. Il offre une vue imprenable sur la campagne environnante. Dans un petit restaurant d’ambiance, le Taberna do Alceide, nous prenons un délicieux déjeuner. Car le Portugal a aussi une cuisine délicieuse, que nous savourons chaque jour.

Ardoise

Nous nous enfonçons maintenant dans les vraies hautes montagnes en direction de Piódão, l’un des villages les plus pittoresques du pays. Pour ce faire, nous devons parcourir 102 km avec près de 3 000 altimètres. L’étape la plus difficile. La qualité des routes étroites n’est parfois pas très bonne. Et lorsque nous approchons du village, nous constatons que nous ne sommes pas les seuls à vouloir le visiter. C’est un haut lieu du tourisme. Les maisons entièrement construites en ardoise sont adossées à un flanc de montagne verdoyant. Les rues étroites et escarpées ainsi que les marches sont également en ardoise. Seule l’église blanche comme neige se détache des maisons brun-orange. L’eau des montagnes coule dans des lacs le long des rues. Une piscine naturelle a été construite dans la rivière. Une fois les excursionnistes partis, vous pourrez profiter en toute tranquillité de ce village pittoresque. Il existe d’ailleurs de nombreux autres villages d’ardoises (aldeias de Xisto) dans cette région.

Feux de forêt

Alors que nous roulons sur une petite route tranquille près de Castelo Novo, un hélicoptère de lutte contre les incendies nous survole soudain. Un énorme panache de fumée s’élève entre les collines. Quelques minutes plus tard, nous entendons les sirènes des bombeiros (pompiers) qui approchent à grands pas. Prendre une photo n’est pas vraiment apprécié par eux. A l’approche du village, après 110 km, nous ne voyons que des collines noircies. Dans un café à la sortie du village, nous prenons un verre. Là, la barmaid nous raconte qu’ils ont échappé de justesse à la catastrophe il y a quelques mois. Le feu s’est arrêté aux murs de la ville. Aujourd’hui encore, ils protègent le village. En passant par les rues étroites et les maisons de granit, nous arrivons au haut château datant du 11e siècle. Ici, on a une belle vue sur le paysage environnant, aujourd’hui très abîmé. Devant le bel hôtel de ville aux arcades remarquables se trouvent une fontaine royale et un pilori.

Retour à la campagne

Les collines sont suivies d’un court trajet jusqu’à Idanha-a-Velha. L’entrée du petit village est dominée par une porte à deux tours rondes. Il est construit sur les vestiges d’une ville romaine. L’histoire de ce lieu remonte au début de notre ère. Le pont romain sur le Rio Ponsul est bien conservé.

© Aldeias Históricas de Portugal

Lorsqu’il y a de l’eau dans la rivière, on peut la traverser de l’autre côté du village sur une rangée de pierres. Un deuxième pont était apparemment trop cher. Dans le café local, on fait tout pour nous mettre à l’aise. Mais le village aurait bien besoin d’une cure de jouvence. En effet, il n’est pas du tout à sa place par rapport aux autres villages. Notre prochaine destination, 11 km plus loin, nous l’apercevons déjà en haut d’une colline. Le village le plus portugais du Portugal, Monsanto.

Un village au milieu des rochers

La route qui mène à la colline est escarpée, mais elle offre des récompenses fantastiques. Le village se trouve à 758 m au-dessus du niveau de la mer et est situé au milieu d’un paysage de roches granitiques dans une nature magnifique. Les rochers étaient déjà là et ont été construits entre eux. C’est ce qui rend le village si unique. Vous vous promenez dans les rues étroites et sinueuses entre les maisons construites de travers en pierres de granit grossièrement empilées. Les pierres géantes font office de murs ou de plafonds. Le château médiéval a été détruit par une explosion de munitions au 19e siècle. Près des vestiges du château se trouvent encore quelques hangars fortifiés où l’on gardait le bétail. Ainsi, en cas de siège prolongé, tout était à portée de main. Dans certains villages, comme ici, il existe encore la vieille coutume de préparer les plats de manière centralisée dans les fours du village. On le voit encore régulièrement dans les pays du sud, mais nous ne le connaissons pas vraiment.

Retour au nord

Nous reprenons la route vers le nord, jusqu’à Sortelha. Ce village presque circulaire, entièrement entouré de murs, est construit sur un rocher. Et il est, comme vous pouvez le deviner, dominé par un château en ruine. Il s’agissait autrefois d’un site stratégique important pour la défense des terres situées à l’arrière. Nous entrons par une ancienne porte de ville avec un balcon. Ici aussi, on s’attend à tout moment à se retrouver dans une scène médiévale. Il y a beaucoup de jolis points de vue et de belles maisons anciennes. Il n’y a pratiquement pas de touristes ici. Heureusement, il y a une terrasse ombragée où nous prenons un délicieux déjeuner avec un artiste. De l’autre côté, on quitte à nouveau le village par une porte sur une ancienne voie romaine. Le paysage environnant est dominé par les châtaigneraies.

© Rens Klaasse
© Aldeias Históricas de Portugal

Un village agricole

Près de la muraille de Castelo Mendo, un agriculteur est assis dans la caisse de son tracteur pour éplucher les pommes de terre, tandis que ses chèvres sont à la recherche de quelques rares pousses vertes. Une image. La citadelle supérieure est également entourée de murailles. Nous montons à cloche-pied sur la chaussée vieille de plusieurs siècles. Les ruines de la belle église Santa Maria du 13e siècle dominent le petit village. À proximité, on peut voir partout les grosses pierres de granit qu’un géant semble avoir éparpillées ici. Le village, avec ses six portes médiévales, porte le nom du premier seigneur du château. Juste à l’extérieur de l’enceinte de la ville se trouve un autre beau pigeonnier ancien, comme il y en a beaucoup dans cette région.

Magnifique forteresse

Le dernier village de notre circuit se trouve à proximité d’Almeida. Ce joyau datant de 1641 se trouve à seulement sept kilomètres de la frontière espagnole et est construit comme une étoile à douze branches. Deux grandes portes forment l’entrée. Il faut voir la ville d’en haut pour se rendre compte de la beauté des fortifications. À l’intérieur de la forteresse, on trouve encore un grand nombre de bâtiments militaires, comme les casernes d’infanterie. L’ancien arsenal a été transformé en une magnifique école d’équitation, le Picadeiro D’el Rey. Les fortifications, composées de six bastions et de six ravelins, ont toutes été rendues accessibles. Un troupeau de moutons garde l’herbe rase sur les remparts.

Fermeture à Belmonte

Avant de reprendre la route vers l’Espagne, nous nous rendons à nouveau à Belmonte, où Dalila Dias nous a invités à visiter le bureau de l’itinéraire. Après une tasse de café, il est temps d’explorer la ville. Elle possède une riche histoire juive et est également le lieu de naissance de Pedro Alvares Cabral, qui a découvert le Brésil. Le musée du château vous en dira plus à ce sujet. Nous avons terminé notre visite au Portugal sur une terrasse du Fio de Azeite, sur la place près de l’ancien hôtel de ville, où est accroché le logo de la route. Nous avons été agréablement surpris par la beauté de cette partie méconnue du Portugal et par l’hospitalité de ses habitants. Le bureau de la route est heureux de vous aider à obtenir toutes les informations dont vous avez besoin. Voir http://aldeiashistoricasdeportugal.com. Les années précédentes, un stand du Portugal a été installé au salon du cyclisme et de la randonnée pour promouvoir l’itinéraire.

© Aldeias Históricas de Portugal
© Aldeias Históricas de Portugal

Text: Rens Klaasse

Plus de nouvelles

  • PRÊT POUR LA POUSSIÈRE ET LA SALETÉ ?PRÊT POUR LA POUSSIÈRE ET LA SALETÉ ?
    "Nomen est Omen" - le nom dit tout ! Quatre régions touristiques de l'Außerfern tyrolien ont uni leurs forces dans Gravel.Tirol. C'est ainsi qu'est née la plus grande région de gravier de la province la plus occidentale d'Autriche. Comme son nom l'indique, il s'agit de faire du vélo sur du gravier par monts et par vaux à travers les Alpes.
    Lire plus…
  • AVENTURES EN MTB DANS LE BREGENZERWALDAVENTURES EN MTB DANS LE BREGENZERWALD
    Dans le Bregenzerwald, vous pédalez au milieu d'un mélange de montagnes, de forêts et de chalets typiques, où l'ancien et le nouveau, la construction traditionnelle en bois et le design moderne se rencontrent. Ici, le vélo est aussi un mélange de montées abruptes, de randonnées en montagne épuisantes et de balades tranquilles à travers le paysage culturel traditionnel des 23 villages du Bregenzerwald. Entre la forêt et le monde habité, la région du Vorarlberg regorge de plaisirs cyclistes avec plus de 460 kilomètres de pistes de VTT.
    Lire plus…
  • DÉTENTE ET PLAISIR SUR LES COLS DES DOLOMITESDÉTENTE ET PLAISIR SUR LES COLS DES DOLOMITES
    Entourée des pics pittoresques des Dolomites, classées au patrimoine mondial de l'UNESCO, la "Reine des Dolomites" se trouve à 1 224 mètres d'altitude : Cortina d'Ampezzo. Véritable classique des Alpes, elle allie sans peine des traditions séculaires à des sites cyclistes légendaires. Bienvenue dans un pot-pourri coloré de traditions, d'histoire et de dolce vita sud-tyrolienne.
    Lire plus…
Plus d'articles