À GAUCHE ET À DROITE DU CANAL ORANGE

Faire du vélo le long d'un canal peut être une activité monotone. Toujours aller tout droit et regarder à l'infini. En d'autres termes, il s'agit d'accumuler les kilomètres. Une autre option consiste à se laisser guider par le canal et à voir à gauche et à droite comment on peut joindre l'utile à l'agréable en pédalant.

Nous nous sommes rendus dans la province de Drenthe, au nord des Pays-Bas, et avons emprunté l’Oranjekanaal, qui traverse la province d’ouest en sud-est, et avons été surpris par ce que nous avons rencontré sur notre chemin.

Creusé entre 1853 et 1858

Nous avons commencé notre visite à l’endroit où l’Oranjekanaal se raccorde à la Drentse Hoofdvaart (qui vient du sud, juste après la tour de télévision de Smilde). Nous entrons d’abord dans l’histoire, qui remonte au milieu du 19e siècle. En 1850, une grande partie de la tourbe avait déjà été extraite dans les zones tourbeuses de Midden-Drenthe, mais il restait encore beaucoup de tourbières hautes dans le sud-est de la Drenthe. Certains entrepreneurs de l’ouest du pays s’y intéressaient et étaient prêts à investir dans l’extraction et la production de tourbe. La question de l’élimination de la tourbe se posait également. Ils conçurent le projet de creuser leur propre canal entre le Drentse Hoofdvaart et la zone de tourbe. Pour ce faire, ils fondèrent le 15 mars 1853 la Drentsche Veen- en Middenkanaal Maatschappij à Dordrecht. Le creusement du canal a commencé en novembre 1853. Cinq ans plus tard, le canal de plus de 45 kilomètres de long était achevé. Avec l’autorisation du roi, il reçut le nom d’Oranjekanaal. Jusqu’en 1976, le canal était utilisé pour la navigation. Aujourd’hui, il fait partie d’un système de canaux qui constitue le cœur de la gestion de l’eau dans la province. Autrement, il est le domaine des pêcheurs et des canoéistes occasionnels. Une fois l’histoire du canal mémorisée, il est temps d’enfourcher le “destrier d’acier”.

Orange

La route qui longe le canal est très fréquentée par le trafic motorisé, il est donc conseillé de choisir le côté le plus “calme” où l’on peut circuler à vélo en toute tranquillité. C’est pourquoi nous commençons par le côté sud. Nous sommes bientôt surpris par un grand champ de coquelicots en fleurs. Naturellement, nous prenons quelques photos. Un peu plus tard, alors que nous entrons dans le village d’Oranje, nous apercevons un complexe de bâtiments colorés en diagonale devant nous. Il s’agit d’une ancienne usine de farine de pommes de terre créée par les agriculteurs de la région en 1913. Autour de l’usine, le village d’Oranje s’est développé avec des maisons d’ouvriers. À la fin des années 1970, l’usine a fermé ses portes en raison de sa petite taille et de son manque de perspectives d’avenir. Nous continuons (maintenant du côté nord) notre route le long du canal. Après un kilomètre et demi, il y a un panneau le long du canal avec une légende remarquable sur la “disparition énigmatique de l’Annigje ll”. Nous ne vous dirons pas comment cela s’est passé. Allez faire du vélo, regardez et lisez par vous-même !

Hijken

Lorsque nous tournons à droite après le pont, nous entrons directement dans le café “De Dorpskern”. Sur le mur latéral du bâtiment se trouve une magnifique fresque cycliste qui a été peinte lors du départ de la Vuelta a España dans la ville voisine d’Assen en 2009. Le gérant est un passionné de cyclisme et, à la table des habitués, nous parlons avec animation du vélo. Au moment de partir, il m’interpelle : “Écrivez simplement que nous faisons du bon café et que nous avons une délicieuse tarte aux pommes”. Sur la rive sud du canal, nous continuons à rouler vers l’est. Après quelques kilomètres, au passage à niveau, nous tournons à nouveau vers le nord. Cela semble compliqué, mais tout s’explique.

Camp Westerbork

Juste après la jonction 15 (après environ un kilomètre et demi), nous tournons à gauche en direction de Kamp Westerbork. En traversant les bois, nous entrons dans un monde complètement différent, rappelant la persécution des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. De ce camp, 102 000 Juifs ont été transportés vers des camps de la mort tels qu’Auschwitz et Solibor. 93 fois, un tel transport est parti. Seuls 5 000 déportés sont revenus. Vous pouvez circuler librement à vélo dans l’enceinte du camp. Monument national de Westerbork : la ligne de chemin de fer aux rails courbés symbolise la terrible extermination. Sur l’ancienne cour des pommes se trouvent 102 000 blocs de pierre rouge, un bloc pour chaque homme, femme et enfant déporté. Nous quittons le site par la jonction 58 et, à la jonction 52, nous revenons au canal, que nous traversons avant de tourner immédiatement à gauche. Ceux qui veulent encore pédaler sur les cailloux des champs de la Drenthe peuvent s’amuser dans les bois que nous venons de traverser.

Orvelte

Au panneau indiquant la sortie 97 (Veldma), nous restons à droite. Au carrefour, nous tournons à gauche en direction d’Orvelte. En 1967, Orvelte a été désigné comme site villageois protégé. Cette mesure vise à préserver le caractère original du village. Le village et les fermes ont été restaurés et aménagés comme ils auraient dû l’être au milieu du XIXe siècle. Des fermes ont même été transférées d’autres communes et reconstruites ici dans le style d’origine. Aujourd’hui, c’est l’une des plus grandes attractions touristiques de la province, où l’on peut facilement passer une journée dans les boutiques, les ateliers, les cafés, etc. Mais les forgerons y travaillent également et la vie à la ferme y revit. Le présent et le passé se rejoignent ici d’une manière unique.

Schoonoord

Sans les trajets vers Camp Westerbork et Orvelte, nous avons parcouru plus de 27 kilomètres le long du canal. Au pont de Schoonoord, qui doit son existence à l’Oranjekanaal, nous prenons à gauche pour nous rendre au Ellert and Brammert Open Air Museum, nommé d’après les deux géants qui, selon la légende, partaient en expédition de braconnage dans la région. Le musée fait revivre le passé du sud-est de la Drenthe. La vie dans cette région est illustrée par les différents types d’habitations, y compris bien sûr les huttes de terre dans lesquelles vivaient les travailleurs de la tourbe. En passant par Odoornerveen, nous arrivons dans la plus grande ville de la région : Emmen, qui compte 60 000 habitants. (La municipalité totale comprenant tout le sud-est de la Drenthe compte plus de 108 000 habitants).

Oranjedorp

Le village – qui a vu le jour vers 1858 suite à l’assèchement des tourbières – est mieux décrit par les vers de poésie que nous avons trouvés près d’un monument à côté du pont. Après avoir passé le village, le voyage d’environ 48 kilomètres le long de l’Oranjekanaal est presque terminé. Un peu plus loin se trouve l’écluse d’Oranjesluis et le canal se jette dans le Verlengde Hoogeveensevaart.

Nous tournons à droite pour passer la nuit deux kilomètres plus loin au Charmecamping “Op Fietse” près d’Erica. Le nom est tiré d’une chanson du groupe SKIK de 1997, dont le chanteur Daniël Lohues a ses racines ici, à Erica. “Op Fietse” : pouvait-il être plus approprié après notre randonnée à vélo ?

Text and Photo: Teus Korporaal

Plus de nouvelles

  • CYCLISME SUR ROUTE ET SUR GRAVIER ENTRE LES KARAWANKS ET LE KARSTCYCLISME SUR ROUTE ET SUR GRAVIER ENTRE LES KARAWANKS ET LE KARST
    Une nature intacte, des forêts verdoyantes et des routes peu fréquentées, voilà ce qu'est la Slovénie. Du plat à l'occasion, mais surtout des collines à la haute montagne - ou vice versa - sur de belles routes à travers le pays de Tadej Pogačar et Primož Roglič.
    Lire plus…
  • DÉCOUVREZ L’HISTOIRE PARTICULIÈRE DE SAXE-ANHALTDÉCOUVREZ L'HISTOIRE PARTICULIÈRE DE SAXE-ANHALT
    /*! elementor - v3.22.0 - 24-06-2024 */ .elementor-column .elementor-spacer-inner{height:var(--spacer-size)}.e-con{--container-widget-width:100%}.e-con-inner>.elementor-widget-spacer,.e-con>.elementor-widget-spacer{width:var(--container-widget-width,var(--spacer-size));--align-self:var(--container-widget-align-self,initial);--flex-shrink:0}.e-con-inner>.elementor-widget-spacer>.elementor-widget-container,.e-con>.elementor-widget-spacer>.elementor-widget-container{height:100%;width:100%}.e-con-inner>.elementor-widget-spacer>.elementor-widget-container>.elementor-spacer,.e-con>.elementor-widget-spacer>.elementor-widget-container>.elementor-spacer{height:100%}.e-con-inner>.elementor-widget-spacer>.elementor-widget-container>.elementor-spacer>.elementor-spacer-inner,.e-con>.elementor-widget-spacer>.elementor-widget-container>.elementor-spacer>.elementor-spacer-inner{height:var(--container-widget-height,var(--spacer-size))}.e-con-inner>.elementor-widget-spacer.elementor-widget-empty,.e-con>.elementor-widget-spacer.elementor-widget-empty{position:relative;min-height:22px;min-width:22px}.e-con-inner>.elementor-widget-spacer.elementor-widget-empty .elementor-widget-empty-icon,.e-con>.elementor-widget-spacer.elementor-widget-empty .elementor-widget-empty-icon{position:absolute;top:0;bottom:0;left:0;right:0;margin:auto;padding:0;width:22px;height:22px} Ainsi, vous permettez à votre corps de bouger, à votre esprit de se détendre et, en peu de temps, vous découvrez les choses les plus diverses dont vous ne soupçonniez même pas l’existence – sans parler de leur histoire. L’une des pistes cyclables longue distance les ...
    Lire plus…
  • Panoramas alpins à 360° dans le Salzburger SportweltPanoramas alpins à 360° dans le Salzburger Sportwelt
    Une seule région ne vous suffit pas pour vos vacances en VTT ? Dans ce cas, nous avons un conseil en or pour vous : le Salzburger Sportwelt, car vous y trouverez sept sites sous un même toit. Ou plutôt sous un seul casque. Cette région de VTT du SalzburgerLand offre des kilomètres de sentiers, de crêtes boisées et de pics rocheux. Tous ceux qui veulent en savoir plus sur les vacances en VTT sont ici à la bonne adresse.
    Lire plus…
Plus d'articles