LA FIÈVRE DU TOUR DE FRANCE – LE CHOC DES TITANS

Lorsque le Tour de France 2024 a été annoncé, tout le monde a immédiatement parlé de l'énorme bataille à venir entre les phénomènes Tadej Pogačar, Jonas Vingegaard, Remco Evenepoel et Primož Roglič. Mais ces trois derniers ont lourdement chuté au Tour du Pays basque et ont vu leur préparation planifiée tomber sérieusement à l'eau dès le départ.

Ils étaient en rééducation pendant que Pogačar montait les étoiles du ciel à Liège-Bastogne-Liège et prenait ensuite le Giro d’Italia à la manière de Merckx, semblant même pédaler avec le frein à main. C’est comme s’il avait ramené tout le monde à la maison en mode économie/entraînement et cela donne l’impression que ce Giro ne l’a pas du tout épuisé, au contraire, il l’a rendu beaucoup plus performant. On se demande alors immédiatement qui lui fait quoi ?

Mais cette question est-elle pertinente ? Après tout, nous parlons du maillot jaune du Tour de France, la course la plus disputée de l’année, dans laquelle, à chaque édition, il se passe toujours quelque chose que l’on n’attend pas, mais qui se produit quand même. La bataille pour le maillot en question sera rude et très différente du Giro d’Italia où la compétition – avec tout le respect dû à la performance de Pogačar – était de toute façon assez médiocre. Nous évaluons les chances des favoris pour la victoire finale.

Deux grands favoris + deux vrais challengers et quelques favoris de l’ombre

Tadej Pogačar

Le Slovène a perdu les deux dernières éditions du Tour face au Danois Jonas Vingegaard. En réalité, Tadej Pogačar devrait donc occuper la deuxième place dans la hiérarchie des favoris. Cependant, tous ceux qui l’ont observé tout au long de la saison et en particulier lors du Giro en savent assez, il est bien meilleur que les deux années précédentes. De plus, son équipe est plus forte que jamais. Ou que dire d’une équipe composée de Tadej Pogačar, Juan Ayuso, Joao Almeida, Adam Yates, Pavel Sivakov, Marc Soler, Nils Politt et Tim Wellens ?
Nous avons écrit dans le magazine Cyclelive n° 78 au début du mois de juin que Pogačar est largement le favori numéro un pour nous.

Le fait que Pogi, il y a quelques jours, nous ait dit qu’il ne s’était jamais senti aussi bien sur le vélo en rajoute. Un jeu mental qui semble déjà avoir été décidé en sa faveur, car non seulement ces mots, mais aussi ses jambes ont certainement déjà semé des doutes mentaux chez ses concurrents au cours des derniers mois.

Jonas Vingegaard

Si vous nous aviez demandé fin mars qui était le grand favori de ce Tour, nous aurions placé Vingegaard en tête. Comme toute son équipe en début de saison, il semblait encore plus fort qu’en 2023. La saison de Vingegaard a commencé lorsqu’il a dominé de bout en bout la course par étapes espagnole O Gran Camiño à la fin du mois de février, remportant trois des quatre étapes et le classement général, comme en 2023.

Lors de la Tirreno-Adriatico, il a également montré qu’il avait des jambes de rêve en remportant la cinquième étape par une attaque en solitaire. Le Danois s’est échappé dans la partie la plus raide du San Giacamo, à 29 kilomètres de l’arrivée. Il remporte l’étape avec plus d’une minute d’avance. Plus tard, il a également remporté l’étape de Monte Petrano de la course par étapes italienne, avec 1’24” d’avance.

Lorsque l’Américain Matteo Jorgenson a battu Remco Evenepoel dans Paris-Nice et que son équipe a également monopolisé les premières courses d’un jour, nous avons même pensé qu’ils étaient plus forts en largeur que l’année précédente. Jusqu’à ce que les coureurs de Visma – Lease a Bike enchaînent les déboires et que Vingegaard fasse lui aussi une grosse chute aux conséquences désastreuses au Tour du Pays Basque. Juste avant le départ du Tour, il semble que la rééducation de Vingegaard et de Wout van Aert se soit bien déroulée. Tous deux seront au départ de ce Tour, mais il est encore difficile de savoir s’ils seront vraiment bons. Le fait que le brouillard soit pulvérisé par l’entourage fait certainement partie du jeu. Cependant, même avec une “très bonne forme”, il n’y a pas grand-chose à faire contre un “super Pogi”. Pas un très bon – mais juste un SU-PER Vingegaard, pourrait suffire à battre le Slovène. Jonas pourra-t-il encore retrouver ses jambes du Tour Alien à temps et est-ce que ce sera Alien contre Alien et dur contre dur ? Nous l’espérons déjà !

Jonas Vingegaard in Tirreno-Adriatico 2024 © GM D'Alberto

Remco Evenepoel

Ce sera la première expérience sur le Tour pour Remco Evenepoel, qui aura derrière lui une équipe Soudal-Quick Step légèrement plus forte dans le travail sur le tour qu’en 2023. Mais où se situera Remco après sa chute au Pays Basque ? Et quelle aurait été sa position par rapport aux deux grands favoris sans cette chute ? En fait, nous n’avons que peu d’éléments sur les qualités réelles d’Evenepoel en tant que coureur de Tour et encore moins en tant que coureur du Tour. Les contre-la-montre de ce Tour sont évidemment en sa faveur. Le point d’interrogation est de savoir comment il va gérer les étapes de montagne difficiles. Nous voyons Remco se battre pour la troisième place sur le podium à Paris.

Primož Roglič

Primož Roglič, qui a troqué son maillot de cycliste Jumbo-Visma pour une tenue Bora-Hans Grohe cette année, n’avait pas encore réussi à nous charmer en début de saison. Lorsqu’il est tombé à son tour dans la méga-collision du Pays basque, les interrogations n’ont fait que croître. Sera-t-il vraiment un challenger majeur des deux grands favoris ? En tout cas, nous le plaçons loin de Tadej et Jonas et pensons qu’il se battra avec Remco pour le podium. Mais le renard expérimenté et rusé qu’est Primož pourrait aussi nous surprendre énormément. N’oublions pas qu’au Pays Basque, il est sorti de la chute comme le favori le moins abîmé. Il est peut-être le coureur le mieux préparé de tous, et après la chute, lui et Bora-Hans Grohe ont surtout répandu beaucoup de brouillard et saupoudré du sable dans nos yeux. Au moins, dans le Dauphiné, ce brouillard s’est un peu dissipé jusqu’à ce qu’il réapparaisse soudainement dans la dernière étape.

Remco Evenepoel in Volta ao Algarve © Patrick Van Gansen

Outsiders

Egan Bernal

L’histoire d’Egan Bernal est suffisamment connue et personne ne s’attendait à ce qu’il figure à nouveau parmi les favoris après son accident presque mortel. Nous ne le considérons pas encore comme un véritable favori, mais Egan a montré de belles choses en début de saison, même s’il n’a pas tout à fait séduit au Tour de Suisse. Cependant, Bernal pourrait bien être un facteur déterminant pour la victoire finale. Celui qui le met de son côté pourrait en profiter ! En tout cas, il serait agréable de le voir dans le top 5 à la fin du Tour.

Matteo Jorgenson

La révélation de la saison est sans conteste Matteo Jorgenson. Depuis son passage chez Jumbo | Lease a Bike, il est devenu l’un des meilleurs coureurs au classement dans les petits tours, tout en étant performant dans les classiques. Il a battu Remco Evenepoel dans Paris-Nice et n’a été battu que de justesse par Roglič dans le Critérium du Dauphiné. Dans la dernière étape, il a presque comblé son retard de plus d’une minute. Il ne lui a manqué que huit secondes pour battre le Slovène. La façon dont Jorgenson jouera aux échecs dépendra principalement de l’état d’esprit de son leader Vingegaard au cours de la première semaine.

Les candidats au top dix

Trois autres candidats au top dix se trouvent dans l’équipe du grand favori Tadej Pogačar. Avec Juan Ayuso, qui a remporté le Tour du Pays basque, Adam Yates, qui a terminé troisième du Tour l’an dernier, et João Almeida, l’équipe des Émirats arabes unis pourrait bien placer plusieurs pions dans le top dix.

Les Grenadiers INEOS comptent également de nombreux guerriers à la recherche d’une place de choix. Outre Egan Bernal, Geraint Thomas voudra confirmer sa troisième place au Giro par un bon Tour de France. Carlos Rodriguez a également connu une bonne période ces derniers mois, avec une victoire au Tour de Romandie et une quatrième place au Dauphiné. Et avec un peu de chauvinisme, nous plaçons également Laurens De Plus, après sa cinquième place dans le Dauphiné, parmi les candidats au top 10, même si, avec une certitude presque absolue, il ne sera pas autorisé à aller chercher un classement et devra se sortir à vélo du piège des leaders.

Et puis, pour les Belges, il y a Steff Cras. Le coureur malchanceux a été la victime la plus lourde du Tour du Pays Basque, mais il a de nouveau montré de belles choses au Tour de Slovénie. Si, pour une fois, le puzzle s’emboîte complètement, sans malchance, Steff est également candidat à une place dans le top 10.

Deux Belges en tête du classement du Tour de France ? Cela fait longtemps qu’on n’a pas vu ça.

Et avec un peu plus de chauvinisme, on espère encore que c’est Remco qui surprendra le plus et remettra vraiment la Belgique sur la carte du Tour…

Texte: Patrick van Gansen
Cover Picture: La Presse, Luca Bettini

Plus de nouvelles

Plus d'articles